Après 30 ans d'exercice dans les métiers de la communication‚ Louis-Marie Planquette s'est tourné vers le monde de la lumière. Depuis‚ il chine‚ il débusque‚ il détourne. Son travail sur la mémoire des objets qu’il découvre‚ se concrétise à travers ses "CENEPUL" (CEci N’Est Pas Un Luminaire. En anglais : “TINAL” This Is Not A Lamp) où la lumière participe à la mise en scène de son sens de l’équilibre‚ de la simplicité‚ de l’humour et de la poésie.

” Fasciné par l’explosion de créativité scientifique particulièrement accélérée depuis le XIXème siècle, mon travail de détournement fait la preuve par l’objet du précepte de Mr de Lavoisier.
Je me propose de renouer le lien distendu par notre parfois trop grande vitesse oublieuse des générations précédentes, sans qui nos connaissances d’aujourd’hui et de demain ne sauraient être.
Tout ce qui est «graphique» m’attire l’œil et la main : matériel photographique, cinématographique, dactylographique, médicalographique, et tout ce qui, peu ou prou, a une connotation scientificographique que j’habille électrigraphiquement.
Aurais-je dans cent ans la même inspiration devant les objets d’aujourd’hui ?… Nous verrons bien...
Mais, de grâce, ne m’en veuillez pas si je suis tenté, un jour, de passer à une autre étape de mon parcours. ”
________________________________________________________________________


After 30 years of work in field of communication and advertising‚ Louis-Marie Planquette turns towards world of light. Since‚ he spends his times in the flea markets and at the antique shops. His work on objects memory‚ put a concrete formthrough his “CENEPUL” (in french: CEci N’Est Pas Un Luminaire. In English : “TINAL” This Is Not A Lamp) They are created from recycled objects‚ in an atmosphere of simplicity‚ humour‚ poetry & balance.

“ Fascinated by explosion of scientific creativity, particularly accelerated since the nineteenth century, my work with recovered goods demonstrate by the object the Lavoisier’s precept.
I try to renew connection weakened by too big speed forgetful of previous generations, without which our knowledge of today and tomorrow cannot be.
All «
graphic» objects attracts my eye and my hand : photographic, cinematographic, typingraphic, médicalgraphic, and everything which has, more or less, a scientifigraphic connotation that I prepare electrigraphically.
Would I have in a hundred years the same inspiration facing todays objects ? ... We'll see ...
But please, don't be angry if I tempt to pass one day to another step of my path.”